AVANCEES DE LA RECHERCHE SUR LA MOELLE EPINIERE  2015 / 2016

Avril 2016 – Mise-à- jour: Mai 2016
Article écrit par Corinne Jeanmaire pour la fondation endParalysis et l’ESCIF Research Group (Groupe de recherche de la Fédération Européenne des lésions de la moelle épinière). Un grand merci à Harvey Sihota et à Chris Powell pour leur contribution et à Irène Snijders pour la traduction depuis l’anglais.

Lésion de la moelle épinière : Avancées de la recherche sur la moelle épinière ; guérir la paralysie suite a une lésion médullaire va devenir possible. Des traitements et thérapies sont en cours d’essai clinique  

Le but de cet article est de présenter un résumé des développements importants en matière de recherche sur les lésions médullaires vers la guérison. Conformément au but et à l’étendue de la fondation endParalysis, nous nous concentrons surtout sur la recherche qui s’applique aux lésions chroniques de la moelle épinière et sur les traitements qui se trouvent au stade clinique ou préclinique et qui pour cette raison pourront potentiellement être appliqués avec succès aux patients. Nous avons constaté que des progrès très intéressants ont été réalisés en 2015 et début 2016 et que les perspectives pour 2016 et les années à venir sont encore plus prometteuses.
La liste ci-dessous est loin d’être exhaustive, l’objectif étant surtout de donner une idée de la dynamique actuelle. Est-ce que nous avons un traitement ? Non, aucun de ces projets ne représente encore ‘le traitement’ ou la ‘guérison’, mais beaucoup d’entre eux pourront potentiellement apporter une récupération fonctionnelle entière ou partielle chez les patients, soit appliqués de manière isolée, soit en combinaison avec d’autres traitements.

always impossible until itsdone moon

La possibilité de récupération fonctionnelle après une lésion médullaire n’a jamais été aussi réelle. Certes, ça fait un moment que l’on le dit, mais l’année 2015 et le début de 2016 montrent une nette évolution si l’on compare le nombre d’essais chez l’homme concernant les lésions médullaires chroniques, ainsi que les résultats obtenus, avec ceux des années précédentes. En 2015, on dirait que de plus en plus de parties prenantes, au moins les entreprises de biotechnologie et l’industrie pharmaceutique, avaient décidé d’accorder l’importance qu’elles méritent à ces lésions. Après tout, il est logique de se concentrer sur le plus grand marché possible, à savoir les patients atteints de lésions médullaires au stade chronique (tout le monde, ou presque, arrive à ce stade seulement quelques semaines après l’accident) plutôt qu’au stade aigu.

Photo: « Cela semble toujours impossible jusqu’au jour ou c’est fait » (Nelson Mandela).

De plus, des résultats fonctionnels limités mais signifiants ont été signalés et documentés. Enfin, et ce n’est pas négligeable, certains essais cliniques planifiés comportent des thérapies combinées innovantes et prometteuses.

En d’autres termes, la possibilité de récupération fonctionnelle partielle après une lésion médullaire est de plus en plus réaliste. La possibilité d’inversion totale de la paralysie, néanmoins, reste toujours moins accessible. D’où la question : comment accélérer le progrès ? Nous savons tous qu’une percée médicale parviendra sûrement du résultat de thérapies combinées plutôt que d’une stratégie isolée. Comment pouvons-nous créer un environnement, un écosystème, qui permettra une identification et des tests rapides de thérapies combinées prometteuses qui pourront être utilisées sans retard chez l’homme ?

Nous, les patients, les organisations de patients et les fondations, avons un rôle à jouer, en étroite coopération avec toutes les parties prenantes dans ce domaine.  Le premier pas consiste à prendre conscience de la situation actuelle de la recherche et des essais.  C’est pourquoi nous espérons que vous apprécierez la lecture de cet article. Si vous êtes aussi enthousiasmés par ces progrès que nous, à la fondation endParalysis, et si vous souhaitez vous impliquer, n’hésitez pas à nous contacter à Corinne@endparalysis.org. Toute participation ou contribution sera la bienvenue. Vous pouvez également faire un don ici. Be the change, Be the cure ! (Soyez le changement, soyez la guérison). Vous pouvez faire la différence ! Merci !

EP logo black background

Lésion de la moelle épinière : Avancées de la recherche sur la moelle épinière ; guérir la paralysie suite a une lésion médullaire va devenir possible. Des traitements et thérapies sont en cours d’essai clinique  

1. REGENERATION:  THERAPIES CELLULAIRES (et combinaisons)

1.1. Stemcell Inc – Pathway study

Six patients ont participé à l’étude ‘Pathway’ (un essai clinique de Phase II – pour tester l’efficacité de la thérapie cellulaire – qui se concentre sur les lésions de la moelle épinière cervicale au stade chronique – pour plus d’informations sur l’essai, cliquez ici.

Il a été rapporté que quatre de ces patients ont obtenu des améliorations en terme force et de fonction motrice six mois après la greffe de cellules souches. Ces résultats provisoires n’ont pas encore fait l’objet d’une publication scientifique évaluée par les pairs, mais sont, si confirmés, très encourageants.  “Les améliorations au niveau de la force musculaire et de la fonction motrice des membres supérieurs peuvent être constatées dans les tâches spécifiques comme ouvrir un bocal, ramasser des pièces ou attraper et tourner une clé”, selon Stephen Huhn, vice-président et chef du service médical.

Source: Investor Stemcellsinc

Récemment, en mars dernier, des améliorations significatives ont aussi été publiées dans les medias concernant un patient tétraplégique Australien qui, selon la publication, serait capable d’effectuer seul son transfert du fauteuil au lit, chose impossible avant la greffe de cellules souches. Cette information reste néanmoins anecdotique et demande d’être confirmée par une publication scientifique évaluée par les pairs.

Pathway-Logo-640D’après les publications, tous les patients avaient été traités entre 10 à 23 mois après l’accident, un stade où les améliorations spontanées sont presque exclues (contrairement au stade aigu pendant lequel une récupération fonctionnelle partielle ou complète peut se produire indépendamment de tout traitement administré au blessé, d’où la difficulté d’évaluation d’une thérapie à ce stade).

D’ailleurs, Stemcell Inc. croit en la valeur commerciale de leur thérapie puisque la compagnie a récemment décidé de concentrer toutes les ressources de l’entreprise sur la technologie exclusive de cellules HuCNS-SC® pour traiter les lésions de la moelle épinière. Cliquez ici pour de plus amples informations.

 

Dernières nouvelles (début 2016) : les premiers patients ont participé au ‘Miami Project to Cure Paralysis’ et 52 patients en tout devraient y participer. L’essai a lieu aux États-Unis, mais les patients sont recrutés à l’échelle mondiale (uniquement les blessés au niveau cervical). Pour de plus amples informations, cliquez ici.

Mise-à- jour (Mai 2016): Malheureusement, les résultats obtenus n’ont finalement pas été jugés suffisamment solides pour continuer l’essai clinique. Comme souvent, des investissements financiers plus lourds sont necessaires pour continuer sur cette ligne thérapeutique, ce que la biotech Stemcell Inc. ne peut se permettre.  Plus d’info ici

….

1.2 Neuralstem Inc – Neural stemcells

Un essai clinique a démarré aux États-Unis en Octobre 2014, parrainé par l’entreprise de biotechnologie Neuralstem, pour vérifier la sureté d’un traitement à base de cellules souches neurales sur les patients atteints de lésions médullaires.
Quatre patients ont participé à l’essai et le dernier a reçu le traitement en juillet 2015. Tous les patients étaient atteints de lésions complètes (ASIA A) et chroniques (de 1 à 2 ans) de la moelle épinière au niveau thoracique (T2-T12).

En octobre 2015, il a été signalé que l’implantation de cellules souches Neuralstem chez les patients atteints de lésions médullaires a été jugée sûre et a été bien tolérée. Il est bon de noter que les mêmes cellules et la même procédure ont été utilisées chez des patients atteints de SLA. Il sera également intéressant de suivre ces résultats. Pour plus d’informations, cliquez sur : Neuralstem

Dernières nouvelles de début 2016 : Il n’y a pas encore eu de déclarations sur l’efficacité du traitement. Nous attendons avec impatience d’en savoir plus sur d’éventuels progrès fonctionnels et/ou sensoriels.

 

1.3 Combinaison: Cellules souches + Bio materiaux InVivo 
Après leur premier essai, qui se concentrait sur les lésions aiguës de la moelle épinière au niveau cervical (qui a obtenu quelques résultats positifs, selon Business wire InVivo), InVivo a annoncé à la fin de 2015 qu’ils allaient consacrer plus d’efforts de recherche à leurs Bioengineered Neural Trails pour les lésions chroniques.

 

Les ‘Bioengineered Neural Trails’ sont des combinaisons injectables de biomatériaux et de cellules souches neurales qui utilisent des techniques et des instruments moins invasifs afin de créer des voies à travers les tissus atteints. “Notre but est de restaurer la connexion neuronale et ainsi favoriser la récupération neurologique chez les personnes atteintes de lésions médullaires chroniques”, disait Tom Ulich, directeur scientifique chez InVivo. “Notre approche thérapeutique moins invasive crée un support dans la lésion au moment de l’implant avec une voie de cellules souches neurales délivrée sous forme d’un échafaudage de gel injectable et biodégradable”.
Vous trouverez plus d’informations ici: Invivo Therapeutics

Bio-materials-sidebar

Dernières nouvelles de début 2016 : InVivo est actuellement en train de préparer un essai clinique. Il est inconnu quand les premiers patients pourront commencer le traitement parce que l’essai devra d’abord être approuvé par la FDA (Food and Drug Administration) aux États-Unis, un processus qui pourrait prendre beaucoup de temps…

.

….

1.4 La thérapie combinée : cellules souches neurales autologues et la matrice de régénération – Newworld Laboratories et Novagenesis foundation

Une autre combinaison intéressante a été présentée par le Dr Jan-Eric Ahlfors, directeur de la Novagenesis Foundation et chercheur au Newworld Laboratories (https://nwl.net/fr/), au symposium Working2Walk en septembre 2015. La thérapie de combinaison utilise une matrice de régénération (biomatériaux) et une greffe de cellules souches neurales (placées dans la matrice). Il est important de noter que ces cellules sont autologues, c’est-à-dire qu’elles proviennent de la moelle osseuse du patient lui-même, ce qui évitera les problèmes d’auto-immunité. Ces cellules souches adultes sont reprogrammées en cellules souches neurales. On trouve de telles cellules souches neurales dans le système nerveux central ; il est donc naturel de penser qu’elles seront capables de régénérer la moelle épinière lésée.

 

Lors du symposium, Jan-Eric Ahlfors a présenté le concept de la technologie Novagenesis, ainsi que quelques résultats provisoires et des vidéos d’essais chez l’homme. Les essais ont eu lieu à Moscou sur quatre patients atteints de lésions médullaires chroniques. Un certain niveau de récupération fonctionnelle semblait visible chez quelques patients mais n’a pas encore été documenté. Néanmoins, des graphiques et des examens électro physiologiques ont montré des modifications positives dans l’activité et la sensation musculaire, ce qui est très encourageant.

1.5 Cellules olfactives et transplantation nerveuse  – Pr Raisman (GB) et Dr Tobakow (PL)
En octobre 2014, en Pologne, un homme paralysé avait récupéré des fonctions après une greffe de cellules olfactives (cellules prises du bulbe olfactif situé dans le cerveau) dans la moelle épinière avec une greffe de tissu nerveux périphérique de la cheville du patient ayant servi de pont sur la lésion. Il est passé d’une paraplégie complète à une paraplégie incomplète (de Asia A à Asia C). Voici le lien vers les données publiées.

 

Dernières nouvelles de mars 2016 : La capacité de marcher du patient telle que montrée dans les media en 2014 était loin d’être impressionnante. Néanmoins, la BBC a récemment publié une vidéo montrant le même patient faisant du tricycle adapté, d’abord dans un gymnase et ensuite à l’extérieur (ce qui signifie plus de résistance). D’après ce que nous voyons dans cette vidéo, il s’agit d’une récupération fonctionnelle réelle ce qui soutient l’assomption qu’une certaine amélioration de la force musculaire a eu lieu en 2014 et en 2015. Regardez la vidéo ici: http://www.bbc.com/news/health-35660621

polish patient bikingEn outre, des patients atteints de lésions chroniques de la moelle épinière au niveau cervical sont en cours de recrutement (début mars 2016) pour un nouvel essai clinique qui aura lieu en Pologne. À notre connaissance, cet essai clinique suivra le même protocole que celui appliqué au premier patient, à savoir l’extraction de cellules nerveuses du bulbe olfactifs du cerveau du patient, et la greffe de ces cellules dans la moelle épinière (qui doit avoir subi une section nette en non une contusion), puis une greffe de nerf périphérique. Les candidats à cet essai devront rester en Pologne pendant plusieurs années car la procédure sera précédée et suivie d’un processus de réhabilitation intensif et long.

De plus, un autre essai clinique se prépare, au Royaume Uni, suivant un protocole légèrement différent (la source des cellules olfactives pourrait être différente) et avec d’autres critères de sélection des patients.

1.6. Cellules de Schwann – Essai clinique – Miami Project

Le ‘Miami Project’ a lancé son nouvel essai clinique pour patients atteints de lésions médullaires chroniques en février 2015. Cet essai a pour but d’établir la sécurité et l’efficacité des cellules de Schwann en favorisant la réparation de la lésion chronique de la moelle épinière (au moins un an après l’accident). Les cellules greffées sont autologues (en provenance du patient lui-même). Nous sommes impatients d’apprendre les suites de l’essai.

miamiproject logo

….

Dernières nouvelles de mars 2016 : Cette étude recrute toujours des patients. Dix patients sont prévus d’être recrutés. Plus d’informations sur ces essais cliniques sont disponibles ici.

1.7 Le Dr Wise Young- Cellules souches provenant du sang de cordon ombilical + combinaisons avec Lithium et reeducation intensive

À l’automne 2014, le Dr Wise Young, de Rutgers University et SCINetChina, présentait quelques informations préliminaires issues de l’essai clinique ‘Umbilical Cord Blood & Lithium Phase II’ qui avait eu lieu en Chine. Il expliquait que, malgré le fait qu’aucun des participants au stade ASIA A avait fait des progrès au niveau du contrôle musculaire, 15 sur 20 patients étaient capables de faire des pas à l’aide d’un déambulateur pendant la période de réeducation. Vous pouvez voir la présentation du Dr Young pendant le symposium Working2Walk 2014 ici.

À notre connaissance, aucune information supplémentaire n’a été fournie depuis.

 

Dernières nouvelles de début 2016 : Il reste beaucoup de questions sur l’étendue de la récupération fonctionnelle obtenue (s’agit-il bien de récupération fonctionnelle puisque les résultats sur le contrôle musculaire ne se sont pas améliorés ?), ainsi que sur la source des changements montrés chez les patients (la combinaison greffe de cellules sources avec un régime intensif de physiothérapie a rendu difficile l’identification de la source de l’amélioration). Malheureusement, à ce jour, il n’y a pas de publication revue par les pairs sur cet essai clinique. À notre connaissance, le Dr Wise Young travaille toujours sur la publication de l’étude et est en train de mobiliser des fonds pour effectuer un essai clinique similaire, mais aux États-Unis cette fois-ci.

Lésion de la moelle épinière : Avancées de la recherche sur la moelle épinière ; guérir la paralysie suite a une lésion médullaire va devenir possible. Des traitements et thérapies sont en cours d’essai clinique

2. REDUCTION DE LA CICATRICE GLIALE 

2.1. Chondroitine et therapie genique

La Dr Elizabeth Bradbury (King’s College London), la Dr Elizabeth Muir (University of Cambridge), le Prof Joost Verhaagen (Netherlands Institute for Neuroscience), et le Dr Rafael Yáñez-Muñoz (Royal Holloway, University of London)

 

chase-it logoUn problème majeur empêchant la récupération après une lésion de la moelle épinière est la cicatrice qui apparaît quelques jours ou semaines après la lésion médullaire et qui s’oppose à la repousse axonale. Il a été démontré à maintes reprises que l’administration de l’enzyme bactérienne appelée chondroïtine (ou Ch’ase) chez les animaux diminue la cicatrice, favorise la repousse et améliore la récupération. Maintenant il est grand temps qu’on essaie d’appliquer cette thérapie à l’être humain. Cela représente, néanmoins, un sacré défi. Le but du projet “CHASE-IT”, initié par la fondation International Spinal Research Trust (ISRT), est de préparer et sécuriser la thérapie Cha’se pour l’administration clinique. Cela fait appel à la coopération internationale entre les différents chercheurs, entre autres au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Des expérimentations récentes, qui utilisent les modèles de thérapie génique afin de délivrer l’enzyme, ont permis de se rapprocher de d’un essai sur l’être humain. CHASE-IT est le premier projet de recherche co-financé par la fondation endParalysis en raison de son potentiel énorme et de son applicabilité pour les patients atteints de lésions chroniques de la moelle épinière.

Dernières nouvelles de mars 2016 :
Le laboratoire du Professor Verhaagen a développé un vecteur viral qui permettra l’administration de Chondroïtine de manière régulée (si nécessaire l’administration pourra être débutée puis stoppée sur commande, ce qui optimisera la gestion de la durée et du volume de l’administration). Le vecteur génique est basé sur le vecteur VAA (viral adéno-associé) qui, déjà utilisé en clinique, réduira de nombreux soucis de sécurité.

liz bradburryAu laboratoire du Professor Liz Bradbury (de Kings College, au Royaume-Uni), le vecteur est actuellement testé sur des rats atteints de lésions de la moelle épinière cliniquement similaires afin de vérifier la faisabilité et l’efficacité du traitement in vivo. L’étape suivante sera de tester le vecteur de gènes thérapeutiques sur des rats blessés à des intervalles précis afin de confirmer les bénéfices potentiels pour les patients atteints de lésions depuis de longue date et afin d’établir les conditions d’efficacité du le traitement. Nous sommes impatients de voir les résultats de cette nouvelle étape.

Lésion de la moelle épinière : Avancées de la recherche sur la moelle épinière ; guérir la paralysie suite a une lésion médullaire va devenir possible. Des traitements et thérapies sont en cours d’essai clinique  

3. LA STIMULATION ÉLECTRIQUE / LA NEUROMODULATION

La stimulation électrique est apparue de nombreuses fois dans la presse en 2014 et en 2015. Cela a même généré une sorte d’engouement, mais est-ce qu’elle représente la guérison des lésions médullaires ? La réponse est ‘en aucun cas’ (basée sur les données disponibles au jour d’aujourd’hui), mais elle pourrait représenter un complément adéquat aux techniques de rééducation actuelles, surtout pour les lésions incomplètes. Elle pourrait également être combinée avec des approches de régénération à l’avenir, afin de renforcer des retours fonctionnels. Maintenant, nous allons citer quelques types de stimulation électrique qui sont en cours de développement ou d’essai.

Il est important de noter qu’en 2015 et en 2016, de plus en plus d’études portent sur la stimulation électrique, soit en laboratoire, soit au niveau clinique (sur des patients).

3.1 Dr Harkema – University of Louisville, Kentucky– Christopher Reeve Foundation

En avril 2014, quatre patients atteints de lésions médullaires avaient reçu des unités de stimulation électrique implantées chirurgicalement. Les appareils sont placés sur la partie inférieure de la moelle épinière et envoient des impulsions électriques pour activer la région lombaire.
Selon la publication (pour plus d’informations, cliquez ici), deux patients étaient atteints de lésions sensorielles complètes (ASIA A), tandis que les deux autres souffraient de lésions sensorielles incomplètes. Après un entrainement physique, les patients étaient capables de tenir debout et de faire quelques pas lorsque le stimulateur était activé. Est-ce qu’il s’agit là d’une récupération complète ? Non, il est important de comprendre que la mobilité des membres est seulement possible lorsque l’appareil de stimulation est activé. Bien que les patients arrivent à bouger leurs jambes sur commande, cela n’est pas suffisant pour être qualifié de ‘marche’. Pourtant, et c’est l’aspect le plus intéressant de l’étude, il a été dit que ces personnes ont toutes connu une certaine amélioration au niveau des intestins, de la vessie, du fonctionnement sexuel et de la régulation de température. Malheureusement, il est difficile d’évaluer s’il s’agit d’une légère amélioration ou d’un control total puisque ces données n’ont pas été publiées, ni documentées.

 

Dernières nouvelles de mars 2016 :

Une autre publication est disponiblee_stimulation4 patients ici. Le centre a maintenant effectué des implantations épidurales chez dix patients. Les résultats n’ont pas encore été communiqués, mais la réponse des six derniers patients concorderait avec celle des quatre premiers. Un essai clinique démarré en 2015 est en train de recruter en ce moment (et 36 patients devraient y participer). La University of Louisville gère un registre de patients pour tous les programmes de recherche clinique qui y sont conduits, y compris pour la stimulation épidurale. Visitez leur site pour apprendre plus sur cette recherche ou pour vous inscrire comme candidat potentiel : Louisville neurosurgery form.

Pour plus d’informations, cliquez sur : The Big Idea project parrainé par la Christopher Reeve Foundation.

De plus, un autre essai clinique concernant la stimulation épidurale a été annoncé au Minnesota en février 2016. Dans les mois à venir, cette étude commencera à recruter des individus atteints de lésions chroniques pour des essais sur l’humain.

3.2. Dr Reggie Edgerton, UCLA. NRT (NeuroRecovery Technology)

Le travail de Reggie Edgerton forme la base de la plupart des projets de stimulation de la moelle épinière menés aujourd’hui. Le groupe d’Edgerton et l’entreprise privée qu’il a créé, NeuroRecovery Technologies, travaillent avec un appareil de stimulation épidurale non-invasif. Le fait que la stimulation soit transcutanée (traversant la peau), et par ce fait non-invasive, constitue la différence majeure avec la stratégie poursuivie en ce moment par le Dr Harkema.

Dernieres nouvelles : En plus des expérimentations effectuées au laboratoire de UCLA, le groupe d’Edgerton a communiqué qu’en juillet 2015 cinq hommes atteints de lésion complète de la moelle épinière (de deux à six ans après l’accident) ont enregistré des améliorations de la fonction ‘locomotrice’. Les expérimentations se faisaient avec un stimulateur transcutané non-invasif en combinaison avec un médicament approuvé pour traiter les troubles anxieux.

Cliquez ici pour consulter le communiqué de presse et  ici pour voir la publication scientifique.  Il convient de noter que les mouvements ‘locomoteurs’ obtenus par cette méthode ne sont pas fonctionnels puisqu’ils sont effectués sans résistance. Pourtant, il s’agit de résultats impressionnants dans la mesure ou ils sont obtenus sans intervention chirurgicale. On s’attend à ce que ce stimulateur externe, en développement chez NeuroRecovery Technologies, sera complémentaire aux stimulateurs implantés actuellement par d’autres groupes. NRT est en train de collecter des fonds pour développer et organiser un essai clinique.

3.3. Dr Gregoire Courtine, EPFL Switzerland

Au cours de la dernière décennie, l’équipe du Dr Courtine a développé une thérapie pragmatique qui aide à restaurer le contrôle supra-spinal des mouvements de jambes après des lésions médullaires chez les rongeurs.

paralyzed-ratsDans sa présentation lors du Working2Walk Symposium à Washington DC (en septembre 2015), Grégoire Courtine avait fait une présentation sur sur son approche sur la neuromodulation. Vous pouvez regarder la vidéo. ici.

Le laboratoire Courtine est en train de développer une plateforme sans fil qui utilise un implant cérébral pour décoder l’intention de faire un mouvement spécifique et d’utiliser cette information pour envoyer des stimulations à la moelle épinière pour évoquer ce mouvement.

Mise-à- jour d’avril 2016:

L’entreprise G-therapeutics, co-fondée par Grégoire Courtine, est en train de développer deux produits : un stimulateur médullaire implantable et une plateforme robotique pour la rééducation. La thérapie, qui recréerait des connexions du système nerveux, permettrait d’aider les personnes paralysées à remarcher, surtout en cas de lésion incomplète. La démarche a été testée avec succès sur des animaux complètement paralysés et vont ensuite passer au stade suivant, à savoir les tests sur l’homme. G-thérapeutics vient d’obtenir 36 million d’euro de financements privés et publics pour développer leur thérapie et préparer les essais. Les activités et la société sont situées en Suisse et aux Pays-Bas. Pour plus d’informations, cliquez  ici.

Lésion de la moelle épinière : Avancées de la recherche sur la moelle épinière ; guérir la paralysie suite a une lésion médullaire va devenir possible. Des traitements et thérapies sont en cours d’essai clinique  

CONCLUSION:

Cet article est loin d’être exhaustif.

Il ne comprend que quelques-uns des essais cliniques en cours ou planifiés pour des patients atteints de lésion médullaire. Si vous souhaitez participer à l’un des essais, vous pouvez consulter la liste établie par U2FP ICI, ou celle de SCOPE ici, ou encore chercher sur   www.clinicaltrial.gov.

Ces listes comprennent tous les essais cliniques qui reposent sur une base scientifique, aussi bien au stade chronique qu’au stade aigu. Si vous envisagez de participer à une thérapie, n’oubliez pas qu’aujourd’hui toutes les thérapies sont au stade expérimental, sans aucune garantie de succès. Sachez aussi qu’un essai clinique scientifique et légitime ne coûte rien au patient. Des thérapies coûteuses sont proposées sur internet, mais il s’agit là de thérapies commerciales et sans preuve de succes. Ces thérapies expérimentales payantes n’ont pas été revues par le monde scientifique et ne contribuent pas aux connaissances scientifiques générales. Elles peuvent même, dans certains cas, comporter des risques. Nous ne recommandons pas un essai clinique particulier ou une thérapie particulière. Toutefois, nous vous conseillons fortement de privilégier un essai clinique gratuit à une thérapie commerciale.

De plus, dans l’article ci-dessus nous nous sommes limités à quelques thérapies principales qui s’appliquent aux lésions médullaires chroniques et qui sont proches du stade de l’essai clinique. Des travaux de recherche fondamentale ou préclinique prometteurs sont en cours maintenant. Nous n’avons pas inclus tous ces projets, par exemple toutes les études visant à comprendre et à activer le réseau neuronal locomoteur (afin de comprendre et de stimuler la connexion et la neuro-plasticité au système nerveux central), ou les thérapies géniques (qui sont utilisées comme un outil intelligent qui exprime certaines protéines afin de favoriser la régénération ou d’empêcher l’inhibition de la croissance nerveuse). Nous n’avons pas non plus mentionné les avancées au niveau de l’interface cerveau-ordinateur (Etats-Unis), de la colonne vertébrale bionique (Australie), qui ne détiennent pas la solution pour la récupération complète, mais pourraient bien apporter une contribution majeure parallèlement aux stratégies de régénération.

L’époque scientifique actuelle est tellement riche en potentiel : les biotechnologies, les thérapies géniques, les cellules souches, l’impression 3D, les organes cultivés en laboratoire, l’intelligence artificielle, le traitement de masse des données informatiques (big data), le projet SCI vision.

act-as-if-what-you-do-makes-a-difference (1)C’est incontestablement le moment de soutenir le mouvement vers le traitement des lésions médullaires, si vous n’avez pas encore commencé ! Faites un don ou impliquez-vous ! www.endparalysis.org

Photo : Agissez comme si ce que vous faites pouvait changer les choses. C’est le cas! Citation de William James.

Lésion de la moelle épinière : Avancées de la recherche sur la moelle épinière ; guérir la paralysie suite a une lésion médullaire va devenir possible. Des traitements et thérapies sont en cours d’essai clinique  

Share this page with your friends...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someonePrint this pagePin on PinterestShare on Tumblr